Jump to content
Club ANTiCOR : (Suisse Romand)

Les travaux démarrent aux Communaux d’Ambilly, mais la bataille se poursuit


RSS-Suisse

106 views

Après des années de tergiversations, les travaux ont enfin démarré aux Communaux d’Ambilly. Depuis deux semaines, des dizaines d’arbres sont abattus sur cette parcelle thônésienne de 36 hectares. Il s’agit de préparer le chantier pour la construction de la route qui desservira le futur quartier. Quelque 2400 logements doivent sortir de terre d’ici à 2030. Mais alors que ce feuilleton trouve enfin son épilogue, une poignée de riverains brûle ses dernières cartouches pour tenter de faire capoter le projet.

 

Rien ne semble arrêter ces intrépides bordiers réunis au sein du Collectif d’oppositions Rive Gauche. Après plus de dix ans de procédures juridiques, ils s’apprêtent aujourd’hui à aller au Tribunal fédéral pour faire entendre leur voix. Un recours à cet échelon coûtant cher, un appel aux dons vient d’être lancé. «Nous avons déjà récolté plus de 10 000 francs», précise Marek Kazmir, l’un des opposants. Les membres du collectif combattent avant tout le projet de maillon routier, un tronçon d’un kilomètre devant relier l’avenue de Bel-Air à la route de Jussy. Selon eux, cette nouvelle artère ne soulagera en rien les autres axes, mais engendrera «des nuisances beaucoup plus élevées que celles calculées par des experts il y a plusieurs années».

 

Pour empêcher sa réalisation, ils ont attaqué non seulement les autorisations de construire et d’abattage d’arbres, mais aussi les études de trafic, de bruit et de pollution sur lesquelles se basent les mesures d’aménagement, ainsi que les mesures elles-mêmes. En vain. L’été dernier, le Tribunal administratif de première instance a rejeté l’ensemble de leurs griefs. Un seul recours lié au bruit de la future artère a été formulé contre ce jugement. Il est actuellement traité par la justice mais ne remet pas en question «le bien-fondé des autorisations de construire et d’abattage», précise Christian Gorce, directeur des ponts et chaussées au Département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA).

 

Un «génocide biologique»

Pour le Canton, tous les feux sont donc au vert. Fin janvier, le DETA annonce ainsi aux riverains, par le biais d’un flyer, le début des travaux. Branle-bas de combat au sein de la zone villas. Les bordiers dénoncent un «massacre à la tronçonneuse», un «attentat contre l’environnement», un «génocide biologique». Ils demandent aussitôt «la suspension immédiate des travaux préparatoires» tant que la justice n’a pas tranché le dernier recours. Sans résultat. La Cour de justice déclare le lendemain leur requête irrecevable.

 

De quoi décourager les opposants? Pas vraiment. «On ne va pas lâcher», s’obstine Luc Perrin, un des fers de lance de la bataille. Les membres du collectif ont d’ores et déjà sollicité un avocat pour décider de la suite à donner à leur combat. Ils pourraient s’attaquer à la manière dont la procédure a été suivie. Luc Perrin dit avoir «relevé de nombreuses irrégularités dans ce dossier». Cela ne semble guère inquiéter le magistrat à la tête du DETA, Luc Barthassat: «Ils sont coriaces et iront jusqu’au bout. Mais selon nos juristes, leurs chances de victoire sont faibles. L’essentiel est que ces recours ne retardent pas la construction du barreau routier.»

 

670 logements en 2021

Si les opposants n’ont pas dit leur dernier mot, les travaux préparatoires, eux, avancent. La construction du maillon routier débutera en septembre et s’étalera sur deux ans. Intégré au réseau routier secondaire, le nouvel axe ne sera pas destiné au trafic de transit mais devra assurer l’accessibilité des habitants au futur quartier. Il possédera dans chaque sens une voie pour le trafic individuel motorisé et une voie pour les transports publics en site propre. Des trottoirs et des pistes cyclables seront également aménagés.

 

Au cours de cette première étape d’urbanisation des Communaux d’Ambilly, cinq bâtiments d’activités et de logements, deux esplanades et deux parkings souterrains seront également réalisés. L’autorisation de construire a été délivrée en janvier. Si tout va bien, les 670 premiers appartements seront livrés en 2021.

 

Quant aux arbres abattus au cours du chantier, le Canton s’est engagé à en replanter le même nombre. Deux spécimens, un chêne et un cèdre jugés remarquables, bénéficieront par ailleurs d’une protection particulière.

 

Suite : https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/travaux-demarrent-communaux-ambilly-bataille-poursuit/story/3149686

 

0 Comments


Recommended Comments

There are no comments to display.

Join the conversation

You are posting as a guest. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Add a comment...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.